nav-left cat-right
cat-right

L’angélique ou l’herbe aux anges

La légende raconte que l’ange Raphaël révéla les vertus d’une herbe miraculeuse à un ermite durant une épidémie de peste.

Vertus si évidentes que l’herbe reçut le nom d’ Angelica archangelica, ou « herbe aux anges ».

Connue depuis l’Antiquité, la racine de l’angélique fut surnommée « racine du Saint-Esprit » en raison de ses « grandes et divines propriétés », selon les médecins de la Renaissance.

L’achillée, ou l’herbe aux coupures

L’histoire de l’achillée mille-feuille, Achillea millefolium, puise ses racines dans l’Antiquité, puisque son nom évoque le légendaire Achille .

Lors de la guerre de Troie, ses soldats auraient, selon Pline, étanché le sang de leurs blessures avec cette herbe vivace, qui porte d’ailleurs aussi le nom d’herbe d’Achille.

L’adjectif millefolium évoque l’aspect de ses feuilles finement divisées en minuscules plumets.

Un teint de roses sans acné ni points noirs

C’est le rêve de toutes les jeunes filles et de leurs mamans : un teint de lys et de rose, une peau sans imperfections , douce et fraîche.

Depuis l’Antiquité puis au Moyen Age et sous la Renaissance , nombre de secrets de bonne femme ont veillé à préserver la beauté du visage.

Mais l’acné continue de perturber les jeunes d’aujourd’hui , filles et garçons. Les plantes viennent à leur secours.

L’arnica, ou l’herbe aux chutes

Ce n’est pas un hasard si les autres noms de l’ Arnica montana comprennent des appellations telles que « bétoine des Vosges’ , « souci des Alpes » ou « tabac des Savoyards », voire « quinquina des pauvres » ou « herbe aux chutes ».

Ce qui confère à cette plante vivace de montagne , très aromatique , une double indication déjà très ancienne, pour soigner les bleus et les contusions d’une part, et comme succédané du tabac à fumer d’autre part.