La réglisse, la racine douce

Originaire du Moyen-Orient, d’Asie et de Chine, la réglisses est une plante vivace rustique qui pousse jusqu’à 1.5 mètre de haut, avec des feuilles vert pâle, mais ce sont ses longues racines pivotantes qui intéressent la médecine. Elles sont séchées pour en faire des décoctions, des extraits ou des poudres; elles sont aussi bouillies pour donner un jus que l’on utilise en confiserie, pour des pastilles et des rubans.

Une plante bien nommée

La racine de la réglisse, dont l’appellation savante Glycyrrhiza vient du grec glykys, doux, et rhiza, racine, porte parfaitement bien son nom. La dénomination grecque se transforma en gliquiricia, qui donne réglisse en français et liquorice en anglais. La réglisse est connue depuis des millénaires; car on sait que du temps des Babyloniens, on utilisait des macérations de réglisse avec de la cannelle et de l’anis pour combattre la peste et les infections.

Les bienfaits de la racine

Dans son Histoire des plantes, Théophraste attribue à « la racine douce » le pouvoir de traiter les ulcères, la toux et l’asthme . Il précise même qu’elle calme la faim et la soif, rappelant que les anciens la qualifiaient de « scythique », car les redoutables guerriers scythes pouvaient rester une semaine sans boire ni manger, en ne mâchant rien d’autre que des racines de réglisse. Les Romains la recommandaient contre l’anémie et les crampes d’estomac, et les légionnaires qui partaient en campagne, mâchaient du bois de réglisse.

La fameuse glycyrrhizine

C’est en 1918 que fut découvert le principe actif de la réglisse, dont des études récentes ont montré l’efficacité dans le traitement des ulcères de l’estomac. En effet, la réglisse stimule la production de sécrétions dans l’estomac et le protège, par conséquent, de la formation d’un ulcère. On a également mis en lumière que l’extrait de réglisse abaissait le taux de cholestérol et de lipides sanguins. D’autres études sont menées sur les effets bénéfiques de la réglisse contre le virus de l’herpès et même contre le cancer.

De bonnes associations

Il est souvent bénéfique d’associer la réglisse avec une autre plante pour augmenter son efficacité et celle de la plante en question, par exemple réglisse et vigne rouge pour la circulation, réglisse et menthe pour la digestion ou réglisse et mauve pour les problèmes respiratoires.

Médecine chinoise et médecine védique

La réglisse est une plante majeure de la médecine védique – traditionnelle indienne – , utilisée pour soigner les maux de gorge et d’estomac, ainsi que les infections respiratoires, mais c’est aussi un soin de premier secours contre les morsures de serpent. Dans la médecine chinoise, outre sa classique indication pour les maux de gorge, elle soigne aussi les intoxications alimentaires et entre dans de nombreuses préparations anticancéreuses.

Une infusion et une décoction

Trois fois par jour, après les repas, prendre une infusion de 2 à 4 g de racine séchée dans 15 cl d’eau bouillante. Ne pas dépasser 12 g par jour.

En décoction : 40 g de racine séchée bouillie pendant 15 minutes dans 1 l d’eau à boire dans la journée.

La tradition médicale du Moyen Âge

Hildegarde de Bingen, si versée dans la connaissance des plantes qui soignent, recommandait la réglisse pour éclaircir la voix, dégager les bronches et lutter contre les affections pulmonaires. Dans nombre de monastères, la racine douce était également utilisée pour apaiser les douleurs biliaires et rénales. Peu à peu, elle devint un remède recommandé pour toutes sortes de maux, essentiellement la toux, les infections de la poitrine et les troubles de la digestion.

Les principales indications

Si la réglisse a des bienfaits sur les inflammations du système respiratoire, maux de gorge, toux et infections virales, elle a aussi démontré son efficacité dans bien d’autres cas: gastrite chronique, allergies, aphtes, stimulation immunitaire, eczéma et douleurs rhumatismales, amélioration intestinal.

« Attention à l’excès »

On a aussi montré qu’une consommation excessive de réglisse sur une longue durée pouvait entraîner une sorte d’intoxication avec des symptômes tels que hypertension, maux de tête, baisse de potassium et rétention d’eau. On la déconseille aux femmes enceintes et aux personnes qui souffrent de troubles rénaux.

Vous aimerez également