L’angélique ou l’herbe aux anges

La légende raconte que l’ange Raphaël révéla les vertus d’une herbe miraculeuse à un ermite durant une épidémie de peste. Vertus si évidentes que l’herbe reçut le nom d’ Angelica archangelica, ou « herbe aux anges ». Connue depuis l’Antiquité, la racine de l’angélique fut surnommée « racine du Saint-Esprit » en raison de ses « grandes et divines propriétés », selon les médecins de la Renaissance.

Feuilles et tiges, racines et graines : toutes les parties de l’angélique sont utilisées en herboristerie.

Au nombre de ses propriétés médicinales, il faut souligner son action régulatrice du rythme cardiaque.

Les anciens disaient qu’elle est « bonne à recréer le cœur ». Elle possède aussi un effet galactogène, pour les femmes qui nourrissent leur enfant, et son action expectorante est notable dans le cas des bronchites ou des quintes de toux.

C’est surtout un stimulant digestif de premier ordre, bénéfique pour les troubles de la digestion et les douleurs intestinales.

Attention au soleil !

L’angélique contient de la coumarine qui augmente la photosensibilité de la peau et peut causer des irritations, ce qui peut être le cas quand on utilise l’huile essentielle d’angélique e, onctions locales sur les articulations dans les rhumatismes inflammatoires.

L’angélique et la peste :

Cette plante bisannuelle au port majestueux, d’un très beau vert et qui dégage un parfum subtil, peut atteindre plus de 2 mètres de hauteur, et ses grandes tiges cylindriques et creuses sont surtout connus pour les bâtonnets confits qu’elle sert à confectionner, une très ancienne spécialité de la ville de Niort toujours largement utilisée en confiserie et en pâtisserie.

Selon une croyance très répandue, l’angélique devait protéger des infections, et notamment de la peste. Lors des terribles épidémies qui ont sévi en Europe au XVIème siècle, il était vivement conseiller aux populations de mâcher des racines d’angélique.

Une décoction et une infusion:

Vous pouvez par exemple, laisser infuser une cuillerée à soupe rase de graines d’angélique dans 25 cl d’eau bouillante pendant 10 minutes.

Vous pouvez également faire bouillir une cuillerée à soupe de racines d’angélique hachées avec 25 cl d’eau froide pendant 4 minutes, puis laisser infuser hors du feu pendant 10 minutes.

Boire une tasse de cette tisane, sucrée au miel, juste après chaque repas, midi et soir.

Un vin d’angélique :

Délicieux à siroter pour son action sédative, dans le cas de nervosité ou d’émotion, voire d’asthme.

  • Faire macérer 50 g de graines d’angélique avec quelques feuilles et quelques tiges pendant 4 jours dans 75 cl de vin blanc sec.
  • Filtrer à travers une double mousseline, ajouter 100 grammes de sucre et bien remuer.
  • Boire 15 cl de ce vin en apéritif avant chaque repas, midi et soir.

Une liqueur d’angélique :

  • Fragmenter en petits morceaux 1,5 kg de tiges fraîches d’angélique les faire infuser pendant 8 jours dans 21 cl d’alcool à 90 °C.
  • Filtrer et ajouter 2 l d’eau où l’on aura fait dissoudre 3 kg de sucre.
  • Mettre en bouteille et laisser vieillir.

Le vespétro :

L’angélique entre dans la composition de nombreuses liqueurs dont la Bénédictine et les chartreuses , mais il en est une de très ancienne tradition, qui tire partie de ses vertus stomachiques, cholagogues et carminatives, ou plus simplement quand on souffre de dyspepsie, de troubles hépato-biliaires et de gaz intestinaux ou de flatulences.

Le mot vespétro est , en effet , une abréviation de trois mots : vesse , pet et rot.

La formule consiste à faire macérer dans de l’eau-de-vie sucrée des graines d’angélique associées à des graines de fenouil, d’anis et de cèleri.

On peut aussi prendre cette liqueur en digestif.

Vous aimerez également