L’arnica, ou l’herbe aux chutes

Ce n’est pas un hasard si les autres noms de l’ Arnica montana comprennent des appellations telles que « bétoine des Vosges’ , « souci des Alpes » ou « tabac des Savoyards », voire « quinquina des pauvres » ou « herbe aux chutes ».

Ce qui confère à cette plante vivace de montagne , très aromatique , une double indication déjà très ancienne, pour soigner  les bleus et les contusions d’une part, et comme succédané du tabac à fumer d’autre part.

Des témoignages convergents :

Au XVIème  siècle, le médecin et le botaniste italien Pierandrea Mattioli , en décrivant toutes les plantes qu’il connaît , dans un ouvrage qui connut un immense succès, s’attarde sur les nombreux bienfaits de l’arnica.

Bienfaits que connaissaient aussi, semble-t-il , les Indiens d’Amérique du Nord , dont la pharmacopée recommande l’utilisation de l’arnica pour soigner les déchirures musculaires , les douleurs dorsales et les contusions.

De belles fleurs jaunes :

C’est à partir de 800 mètres d’altitude et jusqu’à 2 500 mètres que l’on peut rencontrer l’arnica dans les pâturages à flanc de montagne , où ses hautes tiges se couvrent vers le milieu de l’été, de fleurs jaune vif qui ressemblent à des petites marguerites.

Courant en Europe du Nord , l’arnica se rencontre aussi en Amérique du Nord , où il existe une espèce voisine , « Arnica fulgens » , que certains considèrent plus efficaces.

Pour soigner les mauvais coups :

C’est donc l’usage externe , pour calmer les coups et les traumatismes , qui est vivement recommandé pour l’arnica.

En opérant de la manière suivante :

  • verser 2 cuillerées à soupe de fleurs séchées dans une casserole
  • ajouter 25 cl d’eau froide et porter à ébullition,
  • retirer la casserole du feu , couvrir et laisser reposer pendant 10 minutes.
  • verser le tout sur une compresse , poser l’ensemble encore chaud par-dessus et maintenir l’ensemble encore chaud sur la partie concernée pendant un quart d’heure.

Les bons conseils d’Hildegarde :

Religieuse bénédictine et mystique allemande du XIIème siècle, Hildegarde de Bingen, abbesse de Rupertsberg ; que l’on surnomma la « sainte guérisseuse » , est connue, entre autres , pour avoir répertorié les vertus thérapeutiques de nombreuses plantes , et donnée des recettes d’infusion, d’élixirs , d’onguents et de cataplasmes que la phytothérapie moderne reconnaît comme efficaces.

Elle révéla notamment les propriétés de l’arnica contre les ecchymoses et les contusions.

A doses homéopathiques :

L’homéopathie recommande l’arnica dans le cas de grande fatigue musculaire, de vertiges , voire de maux de gorge et même de mal de mer.

Mais à très petites doses : il ne faut jamais dépasser 1 gramme de fleurs séchées par tasse en infusion.

Si cette plante est couramment utilisée en Allemagne, seul son emploi externe est autorisé en Grande-Bretagne , tandis qu’aux Etats-Unis , elle est considérée comme dangereuse.

Les bienfaits de l’eau d’Arquebuse :

Appelée ainsi parce qu’elle soignait miraculeusement les blessures, les coups et autres plaies, l’eau d’Arquebuse , ou des Arquebusiers , est une préparation qui remonte au XVIIe siècle.C’est un élixir à base de nombreuses plantes parmi lesquelles l’arnica figurait en bonne place.

Plusieurs monastères la fabriquent encore aujourd’hui.

La teinture d’arnica :

Le terme de teinture désigne , dans la médecine des plantes , un extrait liquide réalisé par infusion des fleurs, feuilles, etc… dans de l’alcool ou de l’éther, dans certains cas , dilué dans de l’eau, de quelques jours à plusieurs semaines, puis filtré.

La teinture d’arnica s’utilisera donc en compresse sur les bleus, diluées dans un peu d’eau tiède, surtout si la peau est fragile, et en évitant les écorchures.

Préparation :

  • réunir dans un bocal 100 gr de fleurs séchées d’arnica et 50 cl d’alcool à 60°
  • laisser macérer pendant quinze jours en agitant le bocal tous les jours.
  • filtrer soigneusement le contenu du bocal en pressant bien sur les fleurs pour en exprimer toute la substance.
  • verser dans un flacon de verre foncé pour préserver le contenu de la lumière.

Atouts et précautions :

Des études médicales ont prouvé les vertus thérapeutiques de l ‘arnica : son action tonifiante sur le muscle cardiaque et la circulation du sang, ses propriétés anti-inflammatoires en applications externes en font un ingrédient de base pour des pommades et des gels contre les bleus et les contusions.

Cependant l’arnica est une plante trop toxique pour être utilisée couramment en usage externe.

Vous aimerez également