Onguents & Cataplasmes

Les plantes médicinales permettent de confectionner toutes sortes de préparations à appliquer sur la peau : ce sont des vinaigres, des sels de bain , des eaux  et des lotions, des cataplasmes, des huiles, des baumes, des crèmes, des alcools de friction ou encore des pommades.

Si la phytothérapie est un art complexe, on peut néanmoins se servir de certaines plantes pour soigner sans danger blessures, contusions et infections diverses.

Le Choix des plantes

Dans la mesure du possible, il est vivement conseillé de cultiver soi-même des plantes médicinales de manière à pouvoir les utiliser dans leur toute première fraîcheur, ou les faire sécher dans les meilleures conditions. Lorsque cela n’est pas possible, la meilleure solution est de s’adresser à une herboristerie où les conditions de stockage des plantes séchées sont parfaitement réunis.

L’huile médicinale

Il s’agit d’une préparation dans laquelle les principes actifs d’origine végétale sont dissous dans une huile végétale afin d’en rendre l’application plus facile, par onction ou friction. Pour préparer une huile médicinale, on remplit un flacon ou un petit bocal, sans top tasser, d’herbes aromatiques, puis on les recouvre d’huile d’amandes douces ou d’huile d’olive vierge extra. Le flacon ou le bocal est bien bouché et conservé pendant deux semaines dans un endroit chaud. Il est conseillé de l’agiter chaque jour. Il faut ensuite filtrer le contenu à travers une mousseline ou un papier filtre, en pressant bien pour récupérer toutes les substances actives des plantes et extraire l’huile. Le produit est conservé de préférence dans un flacon opaque, que l’on garde dans un endroit frais et sombre.

Le Cataplasme

Le cataplasme consiste en une préparation médicinale pâteuse, appliquée sur la peau pour combattre ou calmer une inflammation. Comme le disait l’écrivain Colette « Des cataplasmes d’amidon sur une brûlure, ça ne guérit pas , mais ça soulage. » Le cataplasme de farine de moutarde porte le nom spécifique de « sinapisme »: il s’agit d’un « révulsif ». Il existe plusieurs façons de préparer un cataplasme : soit hacher, râper ou écraser la plante choisie pour en faire sortir le suc chargé de substances thérapeutiques; soit passer la plante à la vapeur pour la ramollir; soit utiliser une farine délayée dans un liquide. On applique ensuite la préparation sur la zone concernée, puis on couvre d’une gaze ou d’une bande de tissu propre.

L’onguent

A la différence de la pommade, l’onguent est absorbé par la peau grâce ç des frictions. L’onguent est fabriqué avec de la lanoline, du saindoux, du suif, voire de la graisse d’oie. La graisse est bien lavée et dessalée, puis mélangée à feu doux avec des plantes fraîches (250 g de graisse pour une poignée de plantes), mise à reposer toute la nuit, fondue à nouveau, filtrée et conservée au frais dans un bocal.

La Pommade

Cette substance légèrement graisseuse , molle et souvent parfumée, est effectivement un médicament à usage externe, formé d’un corps gras (cire, gelée de pétrole ou huile végétale) dans lequel on peut ajouter des herbes ou une huile médicinale, dont les substances actives sont mises en contact avec la peau quand on les étale superficiellement. Les pommades sont généralement indiquées pour soigner les affections cutanées. La manière la plus simple de confectionner une pommade consiste à faire fondre au bain-marie, en remuant, 10 cuillerées à soupe d’huile médicinale pour 3 cuillerées à soupe de cire d’abeille

La Compresse 

Dans le langage courant , la compresse est un morceau de linge fin replié plusieurs fois sur lui-même et que l’on applique sur la partie malade. L’action de la compresse est d’autant plus efficace qu’elle est imbibée d’une décoction ou d’une infusion chaude d’une plante aux vertus « vulnéraires ». Les teintures , elles aussi , sont utilisées pour imbiber les compresses. Enfin, on peut appliquer directement sur la peau des herbes sèches ou brièvement bouillies, que l’on maintient en place grâce à un bandage.

Vous aimerez également